Main menu

 Communiqué de presse


Cesser le cercle infernal des campements et construire une politique d’asile digne et accueillante

Les violences de la nuit dernière, place de la République, puis dans les rues de Paris, à l’encontre des personnes migrantes, des associations, des citoyens, des journalistes ou des élus présents sont choquantes et inacceptables.

On ne répond pas à la misère par la matraque, à la détresse par l’indignité. Nous condamnons fermement ces évènements et appelons l’État à apporter, en urgence, une solution d’hébergement pour tous.


À cela s’ajoutent des récits laissant supposer une volonté délibérée d’éloigner les migrants du territoire de la ville de Paris. Alors que le Ministre de l’Intérieur annonce vouloir de la transparence sur les évènements, il convient également de faire la lumière sur l’éventuelle existence de telles pratiques, inadmissibles en République.

Les personnes malmenées hier soir avaient pour seule revendication d’en finir avec la rue. Une semaine après la mise à l’abri du campement de Saint Denis qui, malgré la mobilisation de 3000 places d’hébergement, n’a pas permis d’offrir des places à tout le monde et, deux ans après la fermeture du centre d’accueil humanitaire (la « Bulle ») de la porte de la Chapelle, il est urgent et nécessaire de se redonner les moyens d’accueillir. Le cercle infernal des reconstitutions de campements et opérations d’évacuation doit cesser, pour laisser place à une politique d’asile digne et accueillante, offrant à chacun une mise à l’abri immédiate lors de son arrivée sur le territoire et un hébergement dans une structure adaptée le temps de l’instruction de sa demande.

Alors que des travaux sont engagés par l’Etat pour faire aboutir un schéma national d’accueil des demandeurs d’asile, ce dispositif ne pourra être efficace que s’il est correctement dimensionné et si des règles d’orientation et de répartition claire entre l’ensemble des régions françaises sont établies. 

L’approche de l’hiver, la crise sanitaire et sociale ne nous permettent pas d’attendre encore des semaines, des mois, des années, pour enfin accueillir ces hommes, ces femmes, ces enfants, en dignité.

 

Contact presse : Julie Versino, responsable communication : 07 63 57 72 73