Main menu

cp/Les chiffres de l’immigration : débat truqué ?

La dispute de frères siamois qui semble opposer la leader de l’extrême droite et le locataire de la place Beauvau relève d’un débat perverti, qui débouche toujours sur une course sans fin à la stigmatisation de l’étranger.

La vérité, c’est que les flux des différents segments de l’immigration sont globalement stables d’une année sur l’autre, et qu’ils correspondent à des droits (droit à vivre en famille, droit d’obtenir une protection internationale…), à des choix stratégiques de politiques publiques (par exemple, l’immigration de savoir : faire de nos universités des pôles de compétitivité à l’échelle mondiale), et à des besoins pour la société française.

La politique d’immigration est une politique complexe qui nécessite justice, solidarité, maîtrise, et qui doit être évaluée sur le long terme.

Le ministre de l’Intérieur est aujourd’hui pris à son propre piège de la « politique du chiffre », n’hésitant pas pour cela à bousculer l’appareil statistique français, qui d’ordinaire est bien moins prompt à produire les chiffres de l’année antérieure.

L’étendard le plus contestable de cette politique est le chiffre annoncé des expulsions. Rappelons cependant que près du tiers des personnes éloignées sont des citoyens européens, principalement roumains et bulgares, et qu’enfin la politique de maltraitance à l’égard des quelques milliers de ressortissants tunisiens arrivés en France au moment de la révolution du Jasmin a largement contribué aux objectifs du ministère.

Si nous appelons aujourd’hui à une autre politique migratoire, ce n’est pas par esprit partisan ou par idéologie. C’est    parce que nous avons la claire conscience que l’avenir de notre pays, son vivre ensemble, ne sauraient se construire à l’abri d‘une forteresse, mais bien en solidarité partagée avec les pays d’origine des migrants, et dans l’intérêt du bien commun. 
 
Paris, le 10/01/2012, cp/France terre d'asile