Main menu

Projet STEP: identifier les victimes de traite des êtres humains

De mars 2017 à mai 2019, France terre d’asile a pris part au projet « STEP » (Sustainable integration of Trafficked human beings through proactive identification and Enhanced Protection – Pour l’intégration durable des victimes de traite des êtres humains à travers une identification proactive et une protection renforcée). 

 

All partners without EU emblem 2

logo UE

Lire le rapport Step "The identification of  victims of human trafficking in transit and destination countries in Europe"

fr Lire le rapport en français

gb Read the report in english

 

Financé par le Fonds européen Asile, Migration et Intégration (FAMI) et mené en partenariat avec la Croix Rouge Britannique, la Croix Rouge Croate et la Croix Rouge Néerlandaise, le projet STEP a été rédigé dans un contexte d’augmentation du nombre de personnes migrantes arrivant dans l’Union Européenne, en vue de répondre aux enjeux que cet afflux a pu engendrer dans les pays de transit comme de destination. Dans cette situation, les acteurs·rices de terrain ont dû se concentrer sur les besoins urgents de ces populations, au détriment de l’identification proactive des risques d’exploitation et des potentielles situations relevant de la traite des êtres humains (TEH).


Sur une période de 24 mois, le projet STEP a eu pour vocation le développement et la promotion d’une approche cohérente et harmonisée de l’identification, de la protection et de l’intégration des personnes victimes de traite des êtres humains en Europe, à travers trois objectifs principaux :

1. Créer et renforcer un réseau européen d’identification, de protection et d’intégration des victimes de traite des êtres humains
2. Former les travailleurs sociaux de première ligne et informer les personnes migrantes sur les risques liés de traite et orienter les victimes vers les services de protection
3. Conduire un modèle d’intégration pour les femmes victimes de traite au Royaume-Uni

 

En France, ce projet s’est concrétisé par plusieurs actions :
• Création, en partenariat avec la Croix Rouge croate, d’un guide d’identification des victimes de traite, destiné aux acteurs·rices de terrain et adapté aux contextes de transit et de destination. Ce document regroupe des conseils pratiques et accessibles à tout corps de métier afin de favoriser l’identification des personnes victimes de TEH parmi les publics migrants. Il contient également des listes actualisées et synthétiques des différents indicateurs permettant de reconnaître une situation relevant de la traite. Le guide existe en français, en anglais et en croate.

 

Couverture french

 
              

Couverture english

 

 

 

• Création, via la méthode des focus groups, d’outils de sensibilisation et d’auto-identification destinés aux publics hébergés en centre d’accueil pour demandeurs·euses d’asile (Cada) :

o Un flyer disponible en sept langues : français, anglais, arabe, russe, pachto, albanais, lingala ;
o Une affiche disponible en sept langues : français, anglais, arabe, russe, pachto, albanais, lingala ;

 

Formation de plus de 100 intervenant·e·s sociaux·ales de France terre d’asile sur l’identification et l’accompagnement des victimes de TEH (formation introductive d’une journée).

• Compilation et classement des outils de formation destinés à la formation des professionnel·les et à la sensibilisation des publics existants en France (lien à venir).

 

Sur le plus long terme, le projet permettra la délivrance de sessions d’information et de sensibilisation aux questions liées à TEH et à l’exploitation dans chaque centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada).
À travers ces actions, il s’agit pour France terre d’asile de développer une expertise dans la lutte contre la TEH, afin d’améliorer l’identification, l’orientation et l’accompagnement des publics concernés. Suite aux sessions de formation, chaque Cada dispose désormais d’une personne sensibilisée aux questions relatives à la traite et à l’exploitation au sein de son équipe.
L’association s’est également engagée à contribuer à la production de statistiques nationales initiées par la mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF).