fbpx
Main menu

Droit d'asile : l'accord Rome/Tripoli critiqué

L'Italie accusée de violer le droit d'asile après le refoulement de migrants vers la Libye

C'est une première, mais qui n'a rien de glorieux. L'Union européenne vient de refouler des migrants vers un pays dépourvu de procédure de protection et d'asile, sans même les interroger sur les raisons pour lesquelles ils ont fui leur pays. Pour la première fois, l'Italie a obtenu de la Libye qu'elle réadmette sur son territoire, mercredi 6 mai et dimanche 10 mai, quelque 500 passagers d'embarcations qui tentaient de traverser la Méditerranée.

Secourus par des navires de la marine italienne, ces Africains et Asiatiques ont été débarqués non pas sur le territoire italien, comme c'était le cas jusqu'à présent, mais à Tripoli, en Libye, le pays où ils avaient embarqué. Hommes, femmes et enfants sont actuellement placés dans un centre de rétention en attente d'une expulsion. Parmi eux se trouve une majorité de Nigérians, mais aussi des Erythréens et des Somaliens potentiellement en danger dans leur pays.

Le ministre italien de l'intérieur, Roberto Maroni, du parti de la Ligue du Nord (droite), a salué "une journée historique dans la lutte contre l'immigration clandestine", tandis que Médecins sans frontières-Italie a déploré " un événement terrible qui va placer l'Italie au ban des nations civilisées ".

Le ministre italien a peut-être marqué des points à l'approche des élections européennes mais il a aussi concrétisé le cauchemar des défenseurs des droits de l'homme : l'"externalisation" de la politique d'immigration de l'Europe, autrement dit la sous-traitance de la gestion des migrants aux pays situés sur son pourtour. " Les dérives de l'Italie risquent de contaminer l'Union européenne, qui considère la Libye comme un partenaire économique clé ", proteste Claire Rodier, la responsable du réseau associatif Migreurop.

 

CONTREPARTIES


La Libye, le Maroc et la Tunisie, pour se ménager les bonnes grâces de l'UE, acceptent de jouer les gendarmes au prix d'entorses aux principes humanitaires fondateurs de l'Union, dont le principe de l'examen individuel des demandes de séjour formulées par des étrangers.

Quant à la Libye, dont 30 % de la population est étrangère (5,8 % en France), elle n'est pas signataire de la convention des Nations unies de 1951 sur les réfugiés. Elle a également été souvent critiquée pour les mauvais traitements infligés à des immigrés subsahariens. Les passeurs, qui perçoivent l'équivalent de 600 euros par traversée, prospèrent face à des autorités oscillant entre une tolérance rémunérée et une répression féroce.

Le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit " sérieusement inquiet " de la politique italienne " qui porte atteinte à l'accès à l'asile en Europe " et a demandé à Rome d'admettre les demandeurs d'asile. La Convention de 1951, qu'a signée l'Italie, érige en principe le non-refoulement de ces derniers.

Ce premier retour réussi vers la Libye intervient quelques semaines après la ratification par les deux pays, du "traité d'amitié" signé en Libye, le 30 août 2008, par le président du Conseil italien et le "guide" libyen. La participation libyenne à la lutte " contre le terrorisme et (...) l'immigration clandestine " y apparaît comme l'une des contreparties aux investissements de 5 milliards de dollars sur vingt ans pour des " infrastructures de base" qui seront réalisées par des entreprises italiennes, et à la liquidation du contentieux postcolonial - notamment archéologique.

L'" amitié " italo-libyenne s'est aussi concrétisée, jeudi 14 mai à Gaeta (Italie du Sud), par la remise à la Libye de trois vedettes destinées à empêcher les départs de migrants.

Mais l'affaire illustre aussi l'incapacité de l'Europe à définir une politique commune d'accueil et une répartition concertée des demandeurs d'asile. En témoigne le pesant silence des pays du nord de l'Europe devant la situation de l'Italie, en première ligne. Sur l'île de Lampedusa, 37 000 arrivées illégales ont été dénombrées en 2008, contre 20 000 l'année précédente.

" Les migrants ne doivent plus être obligés de recourir à des passeurs pour demander l'asile. Ils doivent trouver des points d'accueil dans tout le Maghreb ", déclare Jacques Barrot, le commissaire européen à la justice, qui assure rechercher des " solutions de fond pour éviter de nouveaux drames ". Il va se rendre en Libye pour en discuter.

Les défenseurs du droit d'asile, eux, doutent de la possibilité de mettre en place une procédure de demande d'asile indépendante dans le contexte autoritaire libyen, et dénoncent une hypocrisie européenne.

Philippe Bernard avec Salvatore Aloïse, à Rome