fbpx
Main menu

Un couple se sépare de ses enfants pour leur épargner le froid

Un couple de demandeurs d'asile macédoniens à Grenoble a choisi de se séparer de ses trois enfants en les confiant à l'Aide sociale à l'enfance pour leur éviter de dormir dehors, alors que le plan grand froid a été activé en Isère, a indiqué samedi le Secours Catholique.

Arrivée à Grenoble il y a quelques semaines, cette famille composée de trois enfants âgés de 8, 10 et 12 ans, "a formulé à plusieurs reprises des demandes d'hébergement dans des centres d'accueil en vain", a précisé à l'AFP Françoise Bouchaud, directrice du Secours catholique de Grenoble.

"Face à la saturation des centres d'accueil destinés aux demandeurs d'asile et de celle des hébergements d'urgence, la famille a dû se résoudre à faire appel à l'Aide sociale à l'enfance et se séparer de ses enfants", a-t-elle déploré.

"C'est très rare qu'une famille entreprenne cette démarche, mais malheureusement, l'Aide sociale", gérée par le conseil général, "ne peut pas accueillir les parents d'enfants de plus de trois ans", explique José Arias, vice-président du conseiller général en charge de l'action sociale.

"En 2010, le nombre de primo-arrivants a doublé à Grenoble notamment à cause de la centralisation administrative des demandes qui a provoqué la fermeture des bureaux de la Savoie et Haute-Savoie et la concentration des demandeurs dans la ville", regrettent les associations.

"Nous exigeons la mise en place immédiate du niveau 2 du plan hivernal, qui fait obligation d'une mise à l'abri de tous", précisent ces dernières.

Du côté de la préfecture, on souligne que si le nombre de demandeurs d'asile a augmenté de 88% en un an, le budget qui leur est consacré est de 9 millions d'euros en Isère.

"Nous n'avons pas vocation accueillir les demandeurs d'asile économique mais politique", a par ailleurs souligné la préfecture.

AFP, le 28/11/2010