fbpx
Main menu

La mobilisation des sans-papiers continue devant l'Opéra

Les sans-papiers de nouveau devant l'Opéra Bastille décident de rester

Plusieurs centaines de salariés sans-papiers évacués jeudi matin des marches de l'Opéra Bastille à Paris ont décidé dans la soirée de camper à nouveau devant le bâtiment pour protester contre le refus des autorités de les régulariser, a constaté un journaliste de l'AFP.
"On est en bas des marches. On ne bouge plus. On est prêt à reprendre la négociation tout de suite", a expliqué devant des sans-papiers et des sympathisants Raymond Chauveau, coordinateur du mouvement au sein de la CGT.

Jeudi matin à l'aube, la police a délogé quelque 200 d'entre-eux qui occupaient les marches de l'Opéra depuis le 27 mai. Une quarantaine a été interpellée brièvement. La plupart sont revenus devant le bâtiment.

Raymond Chauveau a dénoncé "une intervention policière violente" le matin, ainsi que "la duplicité et le double langage" des ministères de l'Immigration et du Travail. La Direction générale du Travail avait reçu la veille une délégation des onze syndicats et associations pour parler du travail au noir mais aussi selon la CGT des critères de régularisation par le travail.

Jeudi soir, la direction de l'Opéra Bastille a précisé dans un communiqué avoir saisi "les autorités compétentes" devant la poursuite du mouvement, "seules à même d'apprécier les moyens de rétablir un fonctionnement normal et sûr" de l'opéra.

Devant les manifestants Raymond Chaveau a réitéré la disposition des sans-papiers à poursuivre les discussions avec les ministères concernés afin de "discuter de critères clairs pour ces régularisations".
Des représentants de Lutte Ouvrière, du Parti de Gauche et du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) ont apporté leur soutien aux sans-papiers.

Depuis avril dernier, le ministère de l'Immigration chiffre à 6.000 le nombre de sans-papiers en France alors que jusqu'à présent il était estimé officiellement entre 200.000 et 400.000.


AFP, le 03/06/2010