fbpx
Main menu

Le traitement des demandeurs d'asile irakiens en Europe

L'Europe ne prend pas ses responsabilités envers les demandeurs d’asile irakiens en Europe selon le Conseil européen pour les réfugiés et les exilés (CERE)

 

 

Depuis l’invasion de l’Irak en 2003, 2,4 millions d’Irakiens ont quitté le pays. La Jordanie et la Syrie ont accueilli respectivement 750 000 et 1,4 millions de réfugiés. Au même moment, l’UE renforce la protection de ses frontières : l’Agence Frontex cible les immigrants illégaux irakiens et a l’intention d’effectuer une opération pour les empêcher de pénétrer sur le territoire commun.

La demande d’asile
Environ 100 000 Irakiens ont demandé l’asile dans l’UE entre 2003 et 2007. En 2007, ce chiffre atteint 40 000 demandes, ce qui représente une augmentation de 50 % par rapport à 2006. 18 500 Irakiens ont demandé l’asile en Suède, 5 474 en Grèce, 4 327 en Allemagne, 1 835 au Royaume-Uni, 144 en France (selon le HCR) et 4 en Slovénie.


En 2006, la Suède a accordé plus de protections aux Irakiens que tous les autres Etats membres réunis (toutefois, il s’agit de protections subsidiaires pour la majorité). En France, sur 134 décisions sur des demandes irakiennes en 2006, 90 personnes ont eu une protection (la plupart devant la CNDA) dont 36 protections subsidiaires.


En 2007, les taux d’admission varient de 87,5 % à Chypre, 82 % en Suède, 85 % en Allemagne, 13 % au Royaume-Uni et 0 % en Slovénie et en Grèce.
Depuis novembre 2003, l’Allemagne a retiré le statut de réfugié à plus de 18 000 Irakiens persécutés sous le régime de Saddam Hussein.

La réinstallation
En 2007, 1 650 Irakiens ont été réinstallés en Europe (Norvège et Islande comprises), dont 732 en Suède, 200 en Irlande (Irakiens kurdes). Les Pays-Bas ont décidé de réinstaller 125 réfugiés irakiens par an.
Selon le rapport d’ECRE, il y a eu un débat en Allemagne sur la nécessité d’accueillir des Irakiens non musulmans.

Le retour
En 2007, il y a eu des retours forcés d’Irakiens du Danemark, de Grèce, de Pologne, de Suède et du Royaume-Uni (essentiellement vers la partie kurde du pays).

Lire le rapport complet du Conseil européen pour les réfugiés et les exilés (CERE)
Aller sur le site du Conseil européen pour les réfugiés et les exilés (CERE)