fbpx
Main menu

TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS : L'ÉTERNELLE RENGAINE

AU REGARD DE LA SITUATION EN SYRIE OÙ L'ÉVENTUALITÉ D'UNE INTERVENTION MILITAIRE EST EN CE MOMENT MÊME DÉBATTUE, IL EST DE BON TON DE RAPPELER UN CERTAIN NOMBRE DE PRÉCÉDENTS HISTORIQUES AU SUJET DE LA MILITARISATION DE L'AIDE HUMANITAIRE.AUJOURD'HUI, FRANCE TERRE D'ASILE REVIENT SUR UNE SÉRIE D'ARTICLES PUBLIÉE EN 2011 EN PARTENARIAT AVEC LIBÉRATION, SUR 40 ANS DE VIOLATIONS DES DROITS DE L'HOMME DANS LE MONDE. 


 

En matière d'immigration l'histoire bégaie : celle qui s'écrit aujourd'hui ressemble fort à celle qu'ont tracée les premiers « sans-papiers » des années 1970-1980 en luttant pour leurs droits.



Le vent vient de souffler sur Mai, la gauche et l'extrême gauche continuent de faire la fête aux années soixante-dix. Les travailleurs immigrés, portés par ce climat propice à l'action, décident d'élever la voix. Ils réclament des papiers, refusent les conditions de travail et les logements indignes qui leur sont réservés. Grèves de la faim, de ramassage d'ordure. Arrêts des chaînes de montage, de paiements de loyers Sonacotra : leur combat pour la dignité sensibilise l'opinion, mobilise artistes et intellectuels, chrétiens, syndicalistes et mouvements de gauches. 

D'une lutte à l'autre, les immigrés avancent en droits. Ils passent du statut de travailleurs à part à celui de travailleurs à part entière. Enfin presque. La solidarité botte en touche avec la crise des années quatre-vingt et les restructurations en masse de l'industrie automobile. L'ouvrier étranger qui commençait à faire sa place en France, se remet à la perdre.

Au fil des durcissements des lois sur l'immigration, les " travailleurs illégaux " des années 70 deviennent des « sans papiers ». Ce glissement sémantique les accuse moins de perturber une flexibilité salariale en marche, que de troubler, en clandestins, l'ordre social d'une société de plus en plus fermée à l'autre. Comme leurs aînés, ils utilisent leurs corps avec l'arme de la faim pour protester, devenir visible. Avec l'occupation et l'évacuation musclée de l'église Saint Bernard en 1996, leur lutte est reconnue. Médias, personnalités, anonymes : la solidarité est au rendez vous et, de réseaux d'entraides en parrainages républicains, la mobilisation se prolonge.

Le combat citoyen ouvre un nouveau front pour dire non au projet de loi Debré en 97, non à l'émiettement des valeurs républicaines, non a une forme de délation institutionnalisée de l'étranger. Avec une extrême droite à 15% dans les urnes à l'époque, le non est salutaire. Et toujours nécessaire.

 

Brigitte MARTINEZ, le 12/07/2011

 

Pour retrouver l'intégralité du document en pdf CLIQUEZ ICI

France terre d'asile, en partenariat avec Libération et l'INA, passent à la loupe un demi-siècle d'atteintes aux droits de l'Homme. Retrouvez l'intégralité des articles publiés pour l'occasion ICI

Des sans-papiers à la Une de Libé : Du « travailleur immigré illégal » d’hier au « salarié sans-papier » d’aujourd’hui, retour sur 40 ans de lutte pour la régularisation.

 

Sans papier 1 sans papier 3

 

Libération du 07/06/1973 : Sous
l'effet de la crise économique les
lois se durcissent pour les migrants et les circulaires Marcellin-Fontanet plongent 83 %
des travailleurs immigrés dans l'illégalité. Après six mois de luttes, de mobilisation et de grèves de la faim, le gouvernement effectue en 1973 sa première grande régularisation : 40 000 travailleurs
étrangers en bénéficieront.

 

Libération » du 13/01/1975 : La présidence de Valery Giscard d'Estaing en 1974 porte un coup d'arrêt à l’immigration. Les conditions d'entrées et de séjours des travailleurs étrangers se durcissent : la fabrique à « sans-papiers » se perfectionne. En 1977 une prime de 10 000 francs encourage les retours volontaires. C'est le « million Stoléru ». L'objectif est d'obtenir le départ de 500 000 travailleurs.

Sans papier 4

Sans papier 6

 

Libération » du 25/01/1975 : La grève de la faim est le principal mode d'action des travailleurs immigrés pour revendiquer des conditions de vie et de travail dignes. Ils mènent aussi des grèves dans les usines où, employés en grand nombre, ils sont sous-payés. La « grève des loyers » Sonacotra fera date. Suivie par près de 3 000 résidents dans plus d'une centaine de foyers en France, elle durera 4 ans.

 

Libération » du 29/05/1980 : Après un mois de grève de la faim, 17 travailleurs turcs employés dans le secteur de la confection à Paris, obtiennent leur régularisation. Une autre vague de régularisation, beaucoup plus importante suivra bientôt : celle que la gauche initie dès son arrivée au pouvoir en mai 1981. Elle bénéficie à 131 000 personnes sur 149 000 demandes..