Main menu

Archives – Rencontres, réseaux et projets européens

Pour améliorer les pratiques liées à l’asile et à la migration en Europe et renforcer la coopération avec ses partenaires hors des frontières de l’Hexagone, France terre d’asile participe depuis une dizaine d’années à des rencontres, réseaux et projets européens.

Retrouvez ici les principaux projets par thématique et ordre chronologique :

 

Traite des êtres humains et torture

« RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE POUR MIEUX LUTTER CONTRE LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS EN AFRIQUE » – RECOLTEHA (2017-2020)

France terre d'asile, avec l’appui de l’Union européenne et en partenariat avec sa section tunisienne Terre d’Asile Tunisie, l’association SOS Exclusion en Côte d’Ivoire et l’association Donner pour Sauver au Sénégal, a coordonné le projet  « Recolteha » qui visait à renforcer les capacités des associations à prévenir et protéger les personnes et à sensibiliser les acteurs associatifs, les médias et la population à la question de traite des êtres humains.

 

« Sustainable Integration of Trafficked Human Beings through Proactive Identification and Enhanced protection » – step (2017-2019)

Le projet STEP a été rédigé dans un contexte d’augmentation du nombre de personnes migrantes arrivant dans l’Union et à la lumière des enjeux que cet afflux a engendré dans les pays de transit et de destination. Financé par le Fonds européen Asile, Migration et Intégration, il a été mené en partenariat avec les associations Croix Rouge britannique, croate et néerlandaise. Pendant 24 mois, le projet a développé et promu une approche cohérente et harmonisée de l’identification, de la protection et de l’intégration des personnes victimes de traite des êtres humains dans l’UE.

 

« PROTÉGER LES DEMANDEURS D’ASILE VICTIMES DE PSYCHO-TRAUMATISMES » – PROJET TIME FOR NEEDS (2017)

Le projet « Time for Needs » a pour origine le constat que de nombreux demandeurs d’asile ont vécu des expériences traumatiques dans leur pays d’origine et/ou durant leurs parcours migratoires. Ces expériences ont des conséquences sur leur santé mentale et physique. Il est dès lors nécessaire de prendre en compte leur vulnérabilité et d’adapter la procédure de demande d’asile et les conditions d’accueil à leurs besoins particuliers. Dans le cadre de ce projet coordonné par le Conseil italien pour les réfugiés, France terre d’asile a notamment organisé une conférence finale sur l’amélioration de la prise en charge du psycho-traumatisme chez les demandeurs d’asile et réfugiés.

 

« PROCESSUS DE RECONNAISSANCE ET d’ORIENTATION DES VICTIMES DE TORTURE DANS LES PAYS EUROPÉENS AFIN DE FACILITER L’ACCOMPAGNEMENT AUX SOINS » – PROJETs PROTECT et protect-ABLE (2012-2013)

Le projet Protect-able, mis en œuvre avec l’association Parcours d’exil et une dizaine d’autres partenaires issus des pays membres de l’UE, a œuvré pour l’identification des victimes de torture et d’autres formes graves de violence physique, psychologique ou sexuelle. Si un premier projet a permis d’élaborer des outils pratiques visant à faciliter l’identification précoce des victimes (voir le rapport final et le manuel d’usage), Protect-able avait pour objectif de diffuser ces outils par le biais de formations, d’activités de communication et de plaidoyer, ainsi que de mise en réseau. Ce projet était cofinancé par le Fonds européen pour les réfugiés de la Commission européenne.

 

Détention

« MAKING ALTERNATIVES TO DETENTION IN EUROPE A REALITY BY EXCHANGES, ADVOCACY AND LEARNING » – PROJET MADE REAL (2013-2015)

Mis en œuvre en partenariat avec des universitaires et le réseau Odysseus, ce projet visait à développer le recours aux alternatives à la détention des demandeurs d’asile dans l’Union européenne. 

 

« A FACE TO THE STORY: THE ISSUE OF NON-REMOVABLE PERSONS IN DETENTIOn » (2012-2014)

Ce projet cofinancé par le Programme européen pour l’intégration et la migration et coordonné par le Flemish Refugee Council entendait identifier, dans plusieurs pays européens, les personnes « non-expulsables » maintenues en rétention et recueillir leurs récits. L’objectif était de démontrer que cette pratique est non seulement nuisible pour les personnes concernées mais aussi inefficace.

 

Aide au retour et réinsertion

« RÉSEAU SUD-AMÉRICAIN POUR UN PROGRAMME DE RETOUR EFFICACE ET DURABLE FAVORISANT LA RÉINSERTION ÉCONOMIQUE » – RN LATAM II (2012-2013)

Le projet RN LATAM II a fait suite au projet RN LATAM I qui a permis de mettre en place un réseau d’organisations latino-américaines accompagnant des migrants retournés dans ces pays à partir de l’Europe. Coordonné par l'organisation espagnole ACCEM, le second projet entendait consolider et renforcer le partenariat entre les organisations et permettre l’élaboration de stratégies communes en matière de réinsertion dans le pays d’origine. Ce projet a été cofinancé par le Fonds européen pour le retour de la Commission européenne.

 

« EUROPEAN REINTEGRATION SUPPORT ORGANISATIONS NETWORK » – PROJET ERSO (2011-2013)

France terre d’asile a fait partie du réseau Erso rassemblant 11 partenaires en Europe et en Afrique. L’objectif du réseau et du projet spécifique nommé Erso III était de renforcer le lien entre migration et développement, notamment en contribuant à la réintégration sociale et professionnelle des personnes ayant migré en Europe et étant retournées volontairement dans leur pays d’origine. Ce projet a été cofinancé par EuropAid dans le cadre du programme thématique de coopération avec les pays tiers dans le domaine des migrations et de l’asile.

 

Rencontres européennes

RENCONTRES EUROPÉENNES « LABEL PARIS EUROPE 2012 » (2012-2013)

L’association a été lauréate du « Label Paris Europe 2012 » décerné par la Ville de Paris. À ce titre, quatre rencontres européennes ont été organisées en 2012 et 2013 sur les thématiques suivantes : les migrants et réfugiés âgés, les demandes d’asile liées au genre en France et au Royaume-Uni, l’harmonisation européenne en matière de regroupement familial et l'aide au retour volontaire.

 

Réinstallation

Projet et rÉseau Share (2012)

Mené par la Commission internationale catholique pour les migrations (ICMC), le programme de mise en réseau à l’échelle européenne SHARE I a été mis en œuvre entre 2012 et 2014 avec la ville pilote de Sheffield, au Royaume-Uni, le HCR et d’autres partenaires clés. Incorporé dans le Réseau européen de réinstallation, SHARE I a rassemblé toute une série d’acteurs de la réinstallation dans le but d’engager les villes et régions ayant de l’expérience dans ce domaine ainsi que celles qui seraient intéressés à s’engager dans la réinstallation à l’avenir.

À partir de 2014, ICMC a continué de travailler en lien avec des villes et régions européennes, des organisations, réseaux internationaux et organisations de la société civile. Dans ce contexte, France terre d’asile a co-publié un rapport national sur la réinstallation en France, a participé à la création d’un réseau d’« ambassadeurs » de la réinstallation et aux activités de renforcement des capacités des acteurs de la réinstallation par le biais de réunions nationales. L’association a aussi participé à des visites d’échanges, des séminaires en ligne et des enquêtes.

 

Citoyenneté

« ACCESS TO CITIZENSHIP AND ITS IMPACT ON IMMIGRANT INTEGRATION » – ACIT (2011-2013)

Ce projet financé par le Fonds européen d’intégration a fourni une nouvelle base de données permettant de comparer différents éléments de la citoyenneté en Europe en fonction de plusieurs indicateurs. Les résultats ont été présentés aux politiciens, fonctionnaires, membres de la société civile et universitaires dans dix États membres de l’UE pour améliorer les politiques et les pratiques. France terre d’asile a élaboré le rapport concernant la France.

 

ENQUÊTE SUR LES CITOYENS IMMIGRÉS (2010-2012)

L’enquête sur les citoyens immigrés menée par la Fondation Roi Baudouin et le Migration Policy Group était la première enquête transnationale qui interrogeait un panel aussi large et représentatif de migrants à travers l’Europe pour évaluer leurs aspirations, perceptions et besoins en matière d’intégration, avec 7 473 personnes interrogées dans 7 pays européens. L'institut de sondage Ipsos, le Centre d'études européennes de Sciences Po Paris et France terre d'asile ont participé à l'élaboration et à la diffusion de cette étude en France.

 

Prise en compte du genre dans la demande d’asile

« Améliorer la sensibilité de genre et l’harmonisation des pratiques dans les systèmes d’asile européens » – PROJET GENSEN (2010-2012)

Consultez le rapport comparatif européen en anglais auquel France terre d’asile a contribué dans le cadre de ce projet et sa synthèse. Le rapport réédité et traduit en français par le Parlement est également disponible ici. L’association a par ailleurs participé à une visite d’études au Royaume-Uni avec l’organisation Asylum Aid et le British Council.

 

« Coopération européenne pour une réponse effective aux besoins des victimes de persécutions liées au genre » – Exchange for Change (2008-2010)

Le projet « Exchange FOR Change » avait pour objectifs d’améliorer l’identification, l’accès aux procédures et le soutien aux demandeurs d’asile et réfugiés victimes de persécutions basées sur le genre, à travers le partage d’informations et de bonnes pratiques, ainsi que la formation de professionnels actifs dans le soutien et le conseil à ces populations, afin d’apporter des réponses adaptées à leurs besoins. Un guide a été élaboré à l’attention des professionnels.

 

Mineurs isolés étrangers

DROIT D’ASILE ET ACCUEIL DES MINEURS ISOLES ETRANGERS DANS L'UNION EUROPEENNE (2009-2011)

Cofinancées par le Programme « Droits fondamentaux et Citoyenneté » de l’UE, France terre d’asile a coordonné, en lien avec plusieurs organisations européennes, des recherches portant sur les mineurs isolés étrangers dans l’Union, qui ont fait l’objet de rapports et d’études, parmi lesquels :

 

Demandeurs d’asile « dublinés »

PROJET TRANSNATIONAL DUBLIN (2009-2011)

Après avoir ouvert une structure d’accueil dédiée aux demandeurs d’asile non admis au séjour (procédure Dublin ou prioritaire) en 2008 à Paris, France terre d’asile a souhaité contribuer à ce projet visant à renforcer la capacité́ des associations à informer et à assurer une continuité́ du suivi juridique, social et matériel du demandeur d’asile à travers la création d’un réseau européen d’associations. Pour plus d’informations, retrouvez le rapport final du projet.