fbpx
Main menu

Les solutions de lutte contre la fracture numérique

Image

© France terre d'asile

Article issu de la Lettre de l’asile et de l’intégration n°98 : Le numérique, un outil à double tranchant.

Alors que le numérique est de plus en plus présent dans notre société, sa maitrise est désormais fondamentale. Pourtant, l’exclusion numérique continue de toucher une partie de la population, y compris les exilés. Face à cet enjeu de taille, France terre d’asile se mobilise pour lutter contre la fracture numérique des personnes qu’elle accompagne.

Caractérisée par trois enjeux majeurs - l’accès à la connexion Internet, au matériel informatique et à la connaissance numérique - la fracture numérique affecte particulièrement les personnes exilées, limitant leur capacité à s’autonomiser et à s’intégrer dans les sociétés d’accueil à une heure où la plupart des démarches administratives du parcours d’accueil et d’intégration sont désormais dématérialisées. En réponse à ce défi croissant, France terre d’asile (FTDA) et d’autres associations ont donc progressivement mis en œuvre des outils visant à réduire les inégalités numériques auxquelles est confronté ce public.

Le premier axe de lutte contre la fracture numérique passe par l’accès à internet. Pour répondre à cet enjeu, FTDA a ainsi choisi d’équiper ses différents centres d’hébergement en box Internet. À titre d’exemple, le « Programme d’amélioration de la connectivité » (PAC), porté par l’association et lauréat de l’appel à projets lancé dans le cadre de la Stratégie de lutte contre la fracture numérique de la Délégation interministérielle à l’accueil et à l’intégration des réfugiés (DiAiR), a permis de fournir un réseau wifi légal, privé et sécurisé à plus de 500 réfugiés hébergés dans sept Centres provisoires d’hébergement (CPH) et dispositifs ad hoc gérés par l’association. Au-delà de ce projet, FTDA va connecter progressivement l’ensemble des appartements dans lesquels sont hébergés demandeurs d’asile et réfugiés.

Une fois la connectivité assurée, l’enjeu est ensuite de fournir un accès effectif à du matériel informatique. Sur ce sujet, France terre d’asile travaille en collaboration avec plusieurs associations et entreprises spécialisées afin de favoriser la synergie d’acteurs et de leurs actions. Par exemple, un partenariat avec le projet « LaCollecte.tech » d’Emmaüs Connect permet de donner accès à des offres solidaires sur du matériel informatique (ordinateurs portables, tablettes et smartphones) à plusieurs centaines de bénéficiaires des dispositifs de l’association.

Mais améliorer l’accès à la connexion Internet et au matériel n’est qu’une première étape, qui doit ensuite être suivie d’un accompagnement ciblé afin que les personnes exilées puissent utiliser de manière effective les équipements déployés. L’ensemble des dispositifs de FTDA ont ainsi adapté leurs pratiques afin de guider les bénéficiaires dans la transition vers le numérique, tant dans le cadre des rendez-vous individuels qu’au travers d’ateliers thématiques collectifs. De plus, étant donné l’accès inégal au numérique pour les réfugiés non hébergés au sein du Dispositif national d’accueil, des mesures spécifiques ont été mises en œuvres pour ces publics. Les Structures de premier accueil des demandeurs d’asile (Spada) de l’association - désormais équipées de bornes et de tablettes numériques dédiées – assurent des permanences de médiation numérique afin d’accompagner la digitalisation progressive des démarches, notamment en favorisant la compréhension et la prise en main de l’espace en ligne de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra). De même, le Centre d’accueil et de préparation à l’intégration (CAPI) de France terre d’asile, à Paris, a développé des « ateliers smart ». Ces sessions d’introduction au numérique accompagnent les bénéficiaires dans la prise en main des différentes procédures dématérialisées liées à l’accès aux droits et aux soins (compte Améli, déclarations CAF, etc.) en s’appuyant sur des outils pratiques et des éléments visuels. Ces ateliers visent ainsi à favoriser l’autonomie de personnes vivant souvent en situation d’errance et sans possibilité d’accompagnement social.

Via ces outils, l’association espère permettre aux personnes exilées de dépasser la fracture numérique pour qu’elles puissent bénéficier des avancées offertes par les nouvelles technologies qui peuvent représenter un véritable tremplin pour l’intégration.

Retrouvez l'intégralité de la Lettre de l’asile et de l’intégration n°98 : Le numérique, un outil à double tranchant !