fbpx
Main menu

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes

Le 25 novembre est la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes.

IMG 0580 bdef

 

En 2020, dans le monde, 243 millions de femmes et de filles ont été victimes d’abus sexuels commis par un partenaire intime. De plus, moins de 40% des femmes subissant de la violence ont demandé de l’assistance. Depuis les mesures de confinement liées à la pandémie de COVID-19, les pays du monde entier ont constaté une augmentation alarmante des cas signalés de violence contre les femmes, en particulier de violence domestique. 

Source : ONU Femmes

 

 

Quelques actions dans les établissements de France terre d'asile

 

- Faciliter l'accès des femmes à la santé et à l'information

Une fois par mois, à la Structure de premier accueil pour demandeurs d'asile (Spada) de Paris, des débats sont animés par des sages-femmes et des psychologues avec des usagères sur des thèmes tels que les violences conjugales ou les problèmes gynécologiques. Des entretiens individuels avec des psychologues ainsi qu'un examen gynécologique sont organisés par l'association Agir pour la santé des femmes. Cela peut donner lieu à un suivi de long terme.
Cette action est organisée en partenariat avec l'association Agir pour la santé des femmes (ASDF).

 

- Accompagner les femmes les plus vulnérables

Logo swim carré fond blanc

De janvier 2018 à avril 2020, le projet européen SWIM - « Safe Women In Migration » a eupour vocation de renforcer la protection des femmes en situation de migration contre les violences fondées sur le genre.

A travers ses diverses activités, le projet visait à améliorer les connaissances théoriques et pratiques des professionnels qui accompagnent les femmes migrantes grâce à des cycles de formation, à sensibiliser et informer les principales intéressées grâce à l’organisation d’ateliers d’information et à la production de supports d’informations traduits en plusieurs langues.

Le projet SWIM a été mené conjointement dans cinq Etats membres de l’Union européenne (l’Italie, la Grande Bretagne, la Roumanie, la Suède et la France), par six associations que sont la Croix Rouge italienne, la Croix Rouge britannique, la Croix Rouge suédoise, Alternative Sociale Roumanie, la Fondation ISMU Italie et France terre d’asile.

 

- Des places réservées pour les femmes

20 places sont réservées pour les demandeuses d'asile victimes de violence et de traite au Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada) de Paris. Ce dispositif rendu possible grâce à un appel à projets permet de faciliter la mise en place d'un suivi médical et juridique pour ces femmes.

Au Cada d'Auch, des logements ont été dédiés aux femmes, tous concentrés au sein d’un seul immeuble à proximité des garderies, des écoles et de la gendarmerie.

 

- Activités en faveur des femmes victimes de violences au Cada de Paris

Pour répondre aux besoins des femmes victimes de violence et/ou de traite, certains Cada proposent des actions spécifiques qui complètent l’accompagnement individuel de chaque personne identifiée par cette problématique. Ces activités participent de la reconstruction de ces femmes et favorisent leur parcours de résilience. Ces activités sont encadrées par des professionnels attentifs, formés et bienveillants.

Des ateliers de pratique du Yoga
Des cours de yoga non-mixtes sont dispensés chaque semaine dans les locaux du Cada de Paris. Les participantes témoignent en tirer de nombreux bénéfices tant sur le plan moral que physique. L’activité se maintient à distance durant les confinements.

activités femmes du Cada

Le projet marionnettes
Depuis le mois d’octobre, une marionnettiste professionnelle et metteuse scène au Théâtre de l’Usine (78) intervient chaque semaine au Cada de Paris auprès d’un petit groupe de résident.es et fait découvrir les potentialités ludiques et expressives et de son art. Les participant.e.s ont dans un premier temps été amené.e.s à manipuler ses créations puis à confectionner leur propre marionnette. Le projet qui se construit progressivement pourra à terme donner lieu à une représentation publique.

activités femmes du Cada2

Les séjours thérapeutiques de LIMBO
Partenaire du Cada de Paris, l’association LIMBO propose 5 séjours thérapeutiques par an dans le village de Conques en Aveyron. Les séjours encadrés par une psychologue et un art-thérapeute sont destinés à des personnes majeures, entre 18 et 30 ans, hommes et femmes, ayant subi des violences lors de leur parcours d’exil. Sur place, les participants réalisent différentes activités collectives: artistiques, théâtrales, musicales et sportives. Depuis 2019 une dizaine de femmes du Cada ont bénéficié de ces séjours, deux d’entre elles ont même participé au tournage d’un film documentaire qui sera diffusé sur France 2 prochainement.

activités femmes du Cada3

 

Nos publications sur la thématique des violences faites aux femmes

Lettre de l'asile et de l'intégration
Les violences faites aux femmes

Lettre de lasile violences faites aux femmes

Afin de contribuer à la connaissance du problème et améliorer la prévention et la prise en charge, cette Lettre explore cette question sous différents angles et moments de la migration : violences subies en France, pendant le parcours migratoire, par les victimes de traite, empowerment des femmes pour prévenir et guérir, etc.

 

Les Cahiers du social
Les violences à l'égard des femmes demandeuses d'asile et réfugiées en France

STEP capture

La présente étude cherche à analyser à partir d’une perspective de genre et de droit, les violences que subissent les femmes demandeuses d’asile et réfugiées lorsqu’elles se retrouvent sur le territoire français ainsi que les réponses données face à ces violences.

En documentant ces violences ainsi que les facteurs de risque et les bonnes pratiques en matière de prévention et  de protection, nous avons pour objectif d’éclairer une réalité assez invisible ainsi  que de donner des pistes de travail et d’intervention pour les différentes parties prenantes.

Ce document a vocation à faire avancer la lutte contre les violences faites aux femmes.

 

Parcours de vie de femmes migrantes en Tunisie.
Entre inégalités, discriminations et ambitions

th Pages de Parcours de vie de femmes migrantes version finale

Par le recours aux récits de vie de cinq femmes migrantes accompagnées par Terre d’asile Tunisie vivant dans le Grand Tunis, ainsi que les données quantitatives et qualitatives recueillies par la permanence d’accueil de l’association, cette étude met en lumière les parcours migratoires et situations très diverses que les femmes migrantes vivent et ont vécu.

Elle tente de comprendre les défis et les obstacles auxquels elles font face et qui perpétuent leurs conditions de vie précaires, mais également les éléments qui renforcent leur capacité de résilience. 

Revenant sur le cadre légal, elle fournit des recommandations pour les acteurs associatifs et étatiques souhaitant promouvoir l’accès aux droits des femmes migrantes.