fbpx
Main menu

Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes

Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes

 

Depuis mars, près de 280 personnes sont arrivées d’Ukraine dans les Hautes-Alpes. Très rapidement, le département a mis en place un dispositif d’accueil et d’hébergement dont le pilotage a été confié à France terre d’asile. Ligne téléphonique, SAS d’urgence, hébergement collectif et accompagnement pour l’insertion, notre association coordonne plusieurs dispositifs pour répondre aux besoins des personnes ayant fui l’Ukraine.

Image

Dès les premiers jours, mise en place de dispositifs d’urgence

Pour organiser l’arrivée des déplacés d’Ukraine dans le département, un numéro départemental unique d’information et un sas d’hébergement d’urgence ont rapidement été mis en place. Dès le mois de mars, nos équipes ont été en charge de gérer ce numéro départemental unique pour répondre aux questions d’institutions, associations ou particuliers, mais aussi pour recueillir les propositions de bénévolat et de dons. La mise en place d’une ligne téléphonique plutôt que d’un accueil physique a été privilégiée en raison de la taille du département : trois heures de trajet sont en effet nécessaires pour se rendre d’un bout à l’autre du département.

Parallèlement, un dispositif d’hébergement d’urgence a été mis en place avec l’association Coallia dans un hôtel pour accueillir les personnes qui arrivaient. Ces dernières pouvaient y trouver un lieu de répit après des exils longs et difficiles, et avoir accès à des produits de première nécessité.

Hébergement pérenne et accompagnement

Les personnes hébergées en hôtel ont par la suite été orientées dans des centres d’hébergement collectif situés à Veynes et Saint-Léger-les-Mélèzes ou chez des particuliers dans le cadre de l’hébergement citoyen. Parmi les 280 personnes arrivées dans le département, 80 se trouvent aujourd’hui dans un hébergement collectif tandis que les autres ont été accueillies par des proches ou des citoyens volontaires.

Dans les lieux d’hébergement collectif, nos équipes sont présentes pour répondre aux besoins des personnes (alimentation, information etc) et les accompagner dans leurs démarches. D’autres acteurs sont également mobilisés pour assurer notamment un accompagnement médical ou un accompagnement à l’insertion professionnelle (Pôle emploi). En tant que pilote départemental, France terre d’asile assure la liaison entre les différents acteurs impliqués : l’Inspection académique, l’Agence régionale de santé, la Caisse primaire d’assurance maladie, Pôle Emploi, la Région et le Département. 

Une mobilisation de tous les acteurs pour faciliter l’accès aux droits et l’intégration

Grâce à la mobilisation de tous les acteurs et au fort élan de solidarité, l’ouverture et l’accès aux différents droits ont été facilitées pour les personnes exilées d’Ukraine. Plusieurs initiatives ont vu le jour dans le département pour simplifier les démarches, que ce soit en termes d’ouverture des droits à la santé, de l’inscription à Pôle Emploi ou encore d’assurance scolaire. Deux mois après leur arrivée, plusieurs personnes ont déjà pu trouver un emploi dans le département : trois personnes ont par exemple été embauchées dans un centre de vacances et une autre par l’inspection académique. En parallèle, de nombreuses initiatives pour créer du lien social et des cours de FLE se sont également mises en places dans le département.

Depuis deux mois, de nombreux bénévoles se sont mobilisés dans le département pour participer à l’accueil des déplacés d’Ukraine, un grand merci à eux !