Main menu

France terre d'asile est partenaire du projet transnational « Index des politiques d'intégration des migrants » (MIPEX), guide de référence et outil interactif pour évaluer et comparer les politiques publiques d’intégration des ressortissants des pays tiers au niveau international.

 

L'INDEX DES POLITIQUES D'INTEGRATION DES MIGRANTS 2020

 

France terre d'asile est partenaire du projet transnational « Index des politiques d'intégration des migrants » (MIPEX), guide de référence et outil interactif pour évaluer et comparer les politiques publiques d’intégration des ressortissants des pays tiers au niveau international.

Pilotée par le Migration Policy Group (MPG) et CIDOB, la cinquième édition du MIPEX analyse l’évolution des politiques d’intégration entre 2014 et 2019 et couvre un plus grand nombre de pays. Pas moins de 52 États à travers les cinq continents du monde ont ainsi pris part à cette cinquième édition.

Cet index est un outil complet dont les données et les informations peuvent être utilisées pour orienter les politiques et impulser des changements dans les différents pays. Les indicateurs permettent de dresser un tableau riche et multidimensionnel des possibilités offertes aux migrants de participer à la société en évaluant 8 domaines de l’intégration : l’accès au marché du travail, l’éducation, le regroupement familial, la participation politique, la résidence de longue durée, l’accès à la nationalité, la santé et la non-discrimination.

  • Pour retrouver les résultats de l’ensemble des pays, visiter : mipex.eu

 

PRINCIPAUX RÉSULTATS POUR LA FRANCE

 

Les changements politiques

 

Scores FR version finale2

La France a progressé de +3 points de 2014 à 2019, ce qui est légèrement supérieur aux tendances observées dans les autres pays du MIPEX (+2 points en moyenne).

Au cours des cinq dernières années, les ressortissants de pays tiers en France ont pu bénéficier de plus grandes perspectives d’intégration, et ce, dans plusieurs domaines.

Depuis 2015, les programmes ciblés se sont développés pour faciliter l’accès des migrants et réfugiés à l'enseignement supérieur.

En ce qui concerne les obstacles rencontrés par les familles séparées, les conditions de connaissance du français et des valeurs de la République en amont de l’arrivée en France, inefficaces, ont été remplacées en 2016 par un accompagnement renforcé des familles à leur arrivée.

Depuis 2018, les réfugiés sont davantage consultés grâce à la Délégation interministérielle à l'accueil et à l'intégration des réfugiés. Davantage de recherches ont également éclairé les politiques gouvernementales sur la santé des migrants.

 

 

Les changements positifs :

  • Suppression des conditions de langue et des mesures d’intégration avant l’arrivée en France des membres de la famille dans le cadre du regroupement familial
  • Développement des programmes ciblés pour faciliter l'accès à l'enseignement supérieur 
  • Création de la délégation interministérielle à l’accueil et à l’intégration des réfugiés
  • Soutien à la recherche sur la santé des migrants

 

Les changements négatifs :

  • Aucun

 

Scores et conclusion

Avec un score de 56 sur 100 points, les politiques d'intégration de la France se situent à mi-chemin de l’échelle du MIPEX pour promouvoir l’intégration des migrants dans la société. Ces dernières créent plus de possibilités que d’obstacles pour l’intégration des nouveaux arrivants, notamment depuis 2015. À ce titre, les politiques d'intégration françaises sont comparables à celles des autres grands pays d’immigration d'Europe occidentale et de l'OCDE.

Cependant, l'approche de la France en matière d'intégration est qualifiée par le MIPEX « d’intégration temporaire », au même titre que celle de l'Italie, de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Si les ressortissants de pays tiers peuvent jouir de leurs droits fondamentaux et d’un soutien en faveur de l’égalité des chances, ils ne bénéficient cependant pas de la sécurité à long terme dont ils ont besoin pour s'établir dans le pays de façon permanente, envisager l’avenir et participer à la vie publique en tant que citoyens à part entière. L'approche française de « l’intégration temporaire » encourage la population française à considérer les migrants comme leurs égaux, mais également comme des étrangers. Au niveau international, les 10 pays qui arrivent en tête du classement MIPEX traitent tous les migrants comme des membres égaux de la société et des citoyens actifs, et investissent dans l'intégration comme un processus à double sens.

 

RÉSULTATS DÉTAILLÉS ET RECOMMANDATIONS PAR DIMENSION