Main menu

Migrants en Méditerranée : le « Sea-Watch 3 » accoste à Lampedusa malgré le refus du gouvernement, sa capitaine arrêtée

le monde logo

 

La capitaine, Carola Rackete, a pris les devants et décidé d’accoster, dans la nuit de vendredi à samedi. Elle a été arrêtée pour aide à l’immigration clandestine.

Soixante heures après avoir déclaré l’état d’urgence, le bateau humanitaire Sea-Watch 3 est entré dans le port de Lampedusa et sa capitaine, Carola Rackete, qui avait forcé le blocus des eaux territoriales italiennes, a été arrêtée samedi 29 juin, a rapporté Ruben Neugebauer, le porte-parole de l’ONG à l’Agence France-Presse (AFP).

« Nous attendons encore et toujours une solution qui ne se dessine malheureusement pas. C’est pourquoi j’ai maintenant moi-même décidé d’accoster dans le port », a expliqué la capitaine du navire dans une vidéo relayée par Sea Watch sur Twitter. Elle a alors forcé le passage au beau milieu de la nuit, malgré la vedette de police chargée de l’en empêcher.

Un peu avant 3 heures, la police est montée à bord pour arrêter la jeune femme. La capitaine, qui risque jusqu’à dix ans de prison, selon les médias italiens, est descendue du navire encadré par des agents, sans menottes, avant d’être emmenée en voiture.

« Fiers de notre capitaine »

« Nous sommes fiers de notre capitaine : elle a fait exactement ce qu’il fallait, elle a insisté sur le droit de la mer et a mis les gens en sécurité », a écrit sur Twitter le président de l’ONG allemande, Johannes Bayer.

« Je ne veux pas me substituer au pouvoir judiciaire, qui est responsable de l’application des lois (…). Mais les lois existent, qu’on le veuille ou non », a réagi le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, depuis le G20 d’Osaka, au Japon.

« Mission accomplie », s’est réjoui de son côté le ministre de l’intérieur italien, Matteo Salvini. « Capitaine hors la loi arrêtée, navire pirate séquestré, maxi-amende à l’ONG étrangère », a-t-il twitté en exprimant sa « honte face au silence du gouvernement des Pays-Bas », pays dont le Sea-Watch bat pavillon.

 


900 000 euros d’amende

Le navire, sous pavillon néerlandais, était bloqué dans les eaux internationales depuis plus de deux semaines après avoir récupéré 53 migrants au large des côtes libyennes. Onze migrants avaient été remis aux gardes-côtes italiens pour des raisons médicales. Les 42 migrants encore présents à bord du navire ont commencé à débarquer peu après 5 h 30, certains tout sourire, d’autres en larmes, alors que le jour se levait, pour être conduit dans le centre d’accueil de l’île.

Malgré la fermeté affichée par M. Salvini, ce centre n’est jamais vide : Lampedusa a vu débarquer plus de 200 migrants pendant les deux semaines où le Sea-Watch est resté bloqué au large de l’île. Et plusieurs embarcations de fortune ont été signalées dans la nuit au large. Juste après, le Sea-Watch, conduit par les gardes-côtes, est reparti pour s’ancrer au large.

Dans le même temps, le navire de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms patrouillait au large de la Libye, malgré la menace d’une amende de 200 000 à 900 000 euros brandie par les autorités espagnoles. « Si je dois payer par la prison ou par une amende le fait de sauver les vies de quelques personnes, je le ferai », a assuré Oscar Camps, fondateur de l’ONG.

 


Une enquête ouverte contre Carola Rackete

Carola Rackete, la jeune capitaine allemande du navire, avait forcé mercredi le blocus des eaux territoriales italiennes imposé par le ministre de l’intérieur, Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite). M. Salvini a donc réclamé l’arrestation de l’équipage et le placement sous séquestre du navire. La police avait obligé le bateau à s’arrêter à un mille nautique (1,852 km) du port, où il restait bloqué.

Le parquet d’Agrigente (Sicile) a ouvert une enquête jeudi contre Carola Rackete pour aide à l’immigration clandestine et non-respect de l’ordre d’un navire militaire italien de ne pas pénétrer dans les eaux territoriales italiennes.

M. Salvini refuse que les migrants débarquent avant d’avoir l’assurance qu’ils seront immédiatement transférés aux Pays-Bas, en Allemagne ou dans d’autres pays européens. Vendredi en début d’après-midi, le ministre des affaires étrangères italien, Enzo Moavero, avait annoncé sur Twitter, en les remerciant, que cinq pays (la France, l’Allemagne, le Portugal, le Luxembourg et la Finlande) étaient disposés à accueillir ces migrants.

La Commission européenne exigeait que les migrants soient à terre avant d’organiser la répartition, tandis que M. Salvini refusait de les laisser descendre avant d’avoir l’assurance qu’ils seraient immédiatement transférés aux Pays-Bas, en Allemagne ou dans d’autres pays européens.

 

Publié par Le Monde avec AFP, le 29 juin 2019 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir