Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 août 2020

Face à la saturation de l’unique centre d’accueil de Lampedusa, le gouvernement italien a envoyé le 3 août un premier ferry doté de 1 000 places au large de l’île, dans lequel seront temporairement placés les nouveaux arrivants.

 Article Lampedusa c Matti Blume

Le ferry GNV Azzurra en 2019

© Matti Blume

 

Avant cette annonce, le maire de l’île de 6 000 habitants, Salvatore Martello, appelait Rome à mettre en place un « état d’urgence localisé », alors que les débarquements irréguliers à Lampedusa ont atteint en juillet un niveau six fois supérieur à ceux de la même période en 2019 – même s’ils sont sans commune mesure avec les chiffres des années précédentes. Dans un contexte sanitaire toujours tendu et malgré le transfert de nombreux migrants vers des centres d’accueil en Sicile, 910 personnes s’entassaient encore le 3 août dans le « hotspot » de Contrada Imbriacola, une structure initialement pensée pour accueillir 95 personnes. 

Pour s’assurer du respect de la période obligatoire de quarantaine visant à éviter les nouvelles contaminations de COVID-19, le gouvernement italien a décidé que les personnes nouvellement débarquées seraient désormais placées sur des bateaux au large de l’île. Le 4 août, 350 ressortissants tunisiens ont été transférés vers le ferry GNV Azzurra. Ils devaient être rejoints par des demandeurs d’asile présents dans le « hotspot » de l’île mais la procédure a été reportée à cause de mauvaises conditions climatiques.

Selon le ministère de l’Intérieur italien, près de 40 % des 14 832 personnes à avoir débarqué sur les côtes italiennes entre le 1er janvier et le 6 août sont originaires de Tunisie, un pays qui connaît actuellement une grave crise sociale, économique et politique. Cette situation est prise très au sérieux par le gouvernement italien qui a appelé le 31 juillet à la mise en place d’un nouvel accord avec Tunis dans le but de « stopper les nouvelles arrivées », lutter contre les passeurs et organiser le renvoi des migrants tunisiens irréguliers vers leur pays d’origine.

Article publié le 07/08/2020

 

Pour recevoir nos articles sur l’actualité européenne tous les quinze jours, abonnez-vous à la Veille Europe.