Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 mai 2019

À la veille du scrutin européen, plusieurs leaders de partis conservateurs et d’extrême droite semblent intensifier leurs efforts pour former un « bloc anti-immigration » au sein de l’UE.

 

Photo actu Europe extrême droite EuractivRassemblement des leaders de l’extrême droite européenne en 2014 avec le Front national français,
la Ligue italienne, le FPÖ autrichien, le Vlaams Belang belge et le Parti pour la liberté néerlandais

© Euractiv

 

Le 2 mai, lors d’une rencontre en Hongrie où ils ont inspecté ensemble la « clôture anti-migrants » érigée à l'initiative du Premier ministre hongrois en 2015, Viktor Orbàn et le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini ont annoncé vouloir engager une « coopération anti-immigration », qui se poursuivra après les élections européennes. Bien que son parti, le Fidesz, soit suspendu du Parti populaire européen (PPE, droite) depuis mars en raison de dérapages europhobes, Viktor Orbàn a exprimé à nouveau son souhait de voir cette formation « coopérer avec les partis anti-immigration ». Au cours d’une conférence de presse commune, il a déclaré : « Nous recherchons clairement une coopération avec M. Salvini, sous une forme qui devra être définie (…) Je suis convaincu que l’Europe a besoin d’une alliance de partis anti-immigration ».

Marine Le Pen, à la tête du Rassemblement National (RN) français, vise le même objectif. Dans le cadre d’une tournée en Europe de l’Est, et en plus d’un meeting à Bruxelles, elle s’est rendue depuis fin avril en République tchèque, en Bulgarie et en Slovaquie, et prévoit d’intervenir en Estonie, avec l’ambition de fédérer une alliance des partis nationalistes au Parlement européen. Si pour l’heure Viktor Orbàn ferme la porte à toute alliance avec le RN, l’issue des prochaines élections pourrait venir rebattre le jeu d’alliances de ces partis hostiles à l’immigration. 

Le 18 mai prochain, Matteo Salvini et Marine Le Pen tiendront un meeting commun à Milan en vue des élections européennes. « Nous sommes en train de préparer un grand événement pour l'Europe des 30 prochaines années, […] où nous inviterons tous les mouvements européens alternatifs », a déclaré M. Salvini à la presse.