Main menu

Méditerranée : pré-accord européen sur la répartition des migrants secourus

Type: Actualités européennes

Rassemblés à Malte le 23 septembre, les ministres de l’Intérieur français, italien, allemand et maltais ont conclu une « base d’accord » sur la répartition des migrants sauvés en mer Méditerranée. Une nouvelle étape vers la réactivation de la solidarité européenne depuis le départ de Matteo Salvini et le revirement de la politique migratoire italienne.

 

Accord européen Méditerranée c Gouvernement de Malte

© Twitter Dimitris Avramopoulos

 

Selon la nouvelle ministre de l’Intérieur Luciana Lamorgese, ce mécanisme temporaire permettra de débarquer les migrants dans le lieu d’accueil « le plus facile [à atteindre] et le plus sûr » où ils subiront une première vérification de leur parcours migratoire, notamment pour des considérations de lutte anti-terroriste, avant d’être répartis dans les quatre semaines suivant leur débarquement parmi les pays volontaires qui mettront quant à eux en œuvre le droit d’asile. Ce pré-accord de répartition ne constitue pour le moment qu’une « première étape », la présidence finlandaise de l’Union européenne espérant en effet l’élargir à un total de 20 pays, avant de le soumettre à l’approbation de l’ensemble des pays de l’UE lors du Conseil « Justice et Affaires intérieures » des 7 et 8 octobre.

Ces négociations s’inscrivent dans un contexte plus général de renouvellement de la solidarité européenne en Méditerranée, après que les ambassadeurs auprès de l’UE des États membres ont décidé, dans le cadre du Comité politique et de sécurité du 12 septembre, de prolonger pour six mois l’opération Sophia qui lutte contre les passeurs en Méditerranée, puis que le navire humanitaire Ocean Viking a reçu à deux reprises, les 14 et 22 septembre, l’autorisation de débarquer en Italie. Une première après 14 mois de politique anti-immigration menée par l’ancien ministre de l’Intérieur Matteo Salvini.

Néanmoins, l’accord de répartition obtenu ne restera que « temporaire », dans l’attente d’une renégociation du règlement Dublin, et restreint à la seule Méditerranée centrale. Le ministre de l’Intérieur français Christophe Castaner attend à ce titre une « réforme ambitieuse incluant aussi l’Espagne, la Grèce et Chypre », qui représentent à eux trois 89 % des débarquements en Europe depuis le début de l’année 2019.

Retrouvez ici notre article précédent sur le sujet publié le 17 septembre.

Publié le 25 septembre 2019